Loading...
Faits réels2019-07-11T15:20:06+00:00

Un exemple de succès

L’enfance et une bonne partie de la jeunesse Sueli Benvenuto ont été marquées par des difficultés financières. Lorsque les parents se sont séparés, la mère a assumé la responsabilité de subvenir aux besoins de ses sept enfants. Pour aider dans les dépenses de la famille, Sueli a commencé à travailler à l’âge de 13 ans. « Je prenais soin des enfants et je distribuais des flyers dans la rue ».

Adulte, j’ai commencé à travailler dans la vente. « Ma soif, de monter était si grande que j’étais promu en peu de mois. J’ai été superviseur, gérante et coordinateur. » A cette époque, elle conciliait le travail avec ses études d’administration. « Je sortais de la maison à 5 h du matin et je ne rentrais qu’après-minuit. C’était très fatigant et mon argent se finissait dans le coût de mes études. Cette situation me révoltait !« 

Inspiration et attitude. Juste avant de finir ses études, Sueli a travaillé comme consultante exécutive dans une entreprise de traduction. « J’obtenais des grands marchés, mais la patronne me traitait mal et je gagnais peu. J’ai changé d’entreprise, mais l’ambiance y était aussi mauvaise.« 

À l’époque, je pensais à ouvrir ma propre entreprise de traduction, mais il me manquait l’argent et le courage. 1 an plus tard, Sueli a été contactée par une entreprise multinational. « J’ai crue que finalement, ma vie allait changer, mais, ma fonction, c’était celui de changer l’encre de l’imprimeur.« 

Le salaire était bas et l’absence de perspective d’évolution professionnelle a conduit Sueli à chercher une alternative.  » Je devais prendre une attitude. J’ai parlé avec Dieu et j’ai décidé d’ouvrir mon entreprise de traduction dans ma salle de séjour.« 

Persévérance. Au début, c’était difficile et entre les défis, il y avait le fait d’attirer les clients et trouver des bons traducteurs dans des langues divers.  » Je suis entrée dans le milieu annonçant que nous traduisions 32 langues, mais je n’avais pas une bonne équipe et les travails revenaient avec des erreurs.« 

L’expérience acquise dans le passé n’était pas suffisante pour garantir des contrats.  » Je ne savais pas développer des projets. J’ai dû aussi être très persévérante pour trouver des clients. J’appelais, donnais des rendez-vous, mais beaucoup me disaient non.« 

Pour garantir la qualité du travail, Sueli explique qu’elle a commencé à observé les traducteurs bien évalués. « J’ai donné une importance au bon traitement et j’ai construit une relation étroite avec eux. Je ne pouvais pas les payer plus, mais j’offrais une recherche constante de travail et jamais je n’ai retardé le paiement.« 

Foi. « J’étais déjà ferme dans la foi à partir de mes 8 ans. J’ai fait un pacte avec Dieu et j’ai commencé à fréquenter l’Universel avec ma maman. » Sueli a cherché la force dans la Parole de Dieu et dans les réunions réalisées à l’Universel. « Nous sommes très limités, mais Dieu, nous surprends avec des choses que nous-même n’imaginons pas.« 

Aujourd’hui, l’entreprise de Sueli a 220 traducteurs et des clients dans plusieurs villes. En plus de l’entreprise de traduction, Sueli a aussi lancé une marque de bikini avec une protection contre les rayons UV.  » Lorsque j’ai commencé, je n’avais que la foi. Aujourd’hui, avec deux entreprises, je cherche à garder mon essence. Je suis humble pour me souvenir d’où Dieu m’a sortie et là où IL m’a mise. Je crois que mon succès doit aussi aider les autres personnes, à gérer les opportunités.« 

Malgré toutes les difficultés affrontées, Sueli avait à l’intérieur d’elle l’ingrédient qui pouvait faire de n’importe quelle personne, une personne a succès, le courage alimenté par la foi et par la présence du Saint-Esprit

Visitez l’Église Universelle.
This website uses cookies and third party services. Ok